Principe de Structure

Qu'est-ce que réellement la structure ?

Comment améliorer votre structure dans votre pratique martiale

La structure est l’un des quatre principes d’efficience de mon système d’enseignement, le SystemArt. La structure est un concept flou et souvent mal compris dans le milieu du Systema.

 

Mal compris et souvent mésestimé car l’accent à souvent été mis trop fortement sur la relaxation par certains maîtres de Systema au lieu de lui donner sa juste place, c’est à dire la tension sélective et relative au contexte.

 

Le but de mon enseignement est de permettre l’éclosion de la puissance toute en relaxation alors que la majorité des gens sont faibles et tendus.

 

 

Présence, Posture, Proxémique et Pression, Ce sont les quatre dimensions de la structure.


Présence / état d’esprit

La présence est un état d’être global (physique, émotionnel et psychique). Souvent on appelle l'état de méditation pleine conscience, mais personnellement je préfère le terme de pleine présence utilisé par Fabrice Midal. C’est un état de vigilance (Yang) et d’acceptation (Yin) de ce qui est ici et maintenant. C’est également être pleinement présent dans son corps physique. C’est la base de la structure.

On retrouve ce concept en Karaté sous le nom de Zanshin (du japonais 残心 et signifie vigilance envers l'adversaire, littéralement "l'esprit qui demeure" source : Wikipedia). La présence est la première étape d'une structure correcte. On remarque par exemple que dans le Bouddhisme Zen l’interaction entre Présence et Posture est permanente. Si la posture est mauvaise, la présence manquera. De même, si la présence manque, la posture s’en ressentira. La présence est la structure de l’être global. L’inattention est la source de bien de nos problèmes (les survivalistes disent que l’on ne survit pas plus de 3 secondes en étant inattentif…). De plus opérer une destructuration est souvent premièrement prendre l'attention (présence) de l'adversaire...

Posture

Notre posture est principalement le résultat de la position de notre colonne vertébrale. Notre colonne comprend trois arches. Pour nous permettre une solidité et une mobilité optimales il nous faut minimiser ces arches ainsi que les déviations latérales (dans la mesure du possible).

 

La posture de l’arbre (tenir le ballon du Zhan Zhuang) est un bon exemple de posture parfaite. Donc la posture parfaite est la juste relation entre les différentes parties de notre corps. Il faut évidemment prendre en compte que la posture est relative au contexte et doit s’y adapter finement.

 

Un exercice simple pour améliorer sa posture :

Phase 1 alignement général :
On se couche sur le dos, sur une surface plane et ferme (idéalement pas sur un lit), en fermant les yeux pour mieux ressentir le corps. Vous pouvez respirer par le nez uniquement, en respirant par le ventre (respiration diaphragmatique) soyez présents à votre corps et commencez à aligner votre corps. Est-ce que la ligne de mes hanches et de mes épaules sont parallèles? Est-ce que ma tête est dans l’alignement de ma colonne vertébrale? Une fois cet alignement rétabli autant que possible (cela dépends de la santé de votre colonne vertébrale, si des déviations sont irrémédiables, ne forcez pas et visiter un bon ostéopathe peut être une bonne idée.

Phase 2 l’arche lombaire :
On commence en général par l’arche lombaire, il s’agit de diminuer l’arche de manière confortable (réduire l’arche revient à diminuer l’espace entre les lombaires et le sol. Il peut être nécessaire de plier les jambes et de poser les pieds à plat sur le sol.

Phase 3 l’arche dorsale :
Pour corriger l’arche dorsale, monter les épaules de 2 à 3 cm, puis roulez les vers l’arrière et le bas. Rester en tension quelques instant pour inscrire la position dans la mémoire musculaire, puis relaxer-vous.

Phase 4 l’arche cervicale :
Rapprocher le menton du corps, en mettant le sommet du crâne à la verticale de la colonne vertébrale.  Si il y a trop de tension dans le menton (changement de la voix par exemple) revenir un peu en arrière.

Phase 5 : profiter de la posture et du moment
Profitez de la posture et relaxez-vous! Vous pouvez rester ainsi aussi longtemps que vous le désirez. C’est également l’occasion de coupler présence et posture.


Proxémique (placement)

La proxémique est l’étude de la relation et de la distance entre différentes personnes. Dans un contexte martial, combatif ou de self-défense cela représente la distance et le positionnement entre les différents protagonistes.

Par exemple, le fait de pivoter légèrement face à un agresseur en garde de droitier (bras gauche en avant) et de faire un léger pas sur votre droite vous permettra d’améliorer votre placement, vous donnant différents avantages. Le fait de monter nos mains fait également partie de la proxémique, nos bras agissant à la fois comme un chasse-neige (faire un plan) et comme des antennes sensibles (principe de sensibilité). Il faut apprendre évidemment à appliquer ce principe dans diverses situations (principe d’adaptabilité ; un ou plusieurs agresseurs, au sol, droitier ou gaucher, c’est infini).

La Pression et coller.

La pression, c’est un principe que l’on va appliquer différemment selon la phase de combat. Dans les phases sans contact (frappes et armes) la pression consiste à attaquer et harceler l’adversaire sans cesse. C’est ce que l’on entend quand on parle de « mettre la pression », pour moi c’est autant un état d’esprit que le résultat d’un entraînement consistant au niveau de ces phases de combat. Coller dans ces phases de combat n’est pas applicable.

Dans les phases de combat avec contact (trapping / ChiSao et lutter / grappling), la pression et coller prennent tout leur sens.
La pression dans ces phases de combat consiste à pousser physiquement toujours en direction du centre de l’adversaire (typique du WingTsun), cela permet de sentir et d’utiliser automatiquement la moindre faille dans la structure adverse.
Coller signifie de toujours rester en contact avec le corps de notre adversaire, coller nous permet de suivre et d’écouter (sentir) les mouvements de notre opposant.

Les différents exercices de ChiSao et de ChiGerk sont idéaux pour apprendre le pression et coller.

Merci de m’avoir lu jusqu’ici, si cet article vous a inspiré, merci de me laisser un commentaire sympa juste ci-dessous, et si cet article vous a plu merci de le partager avec le plus grand nombre via les réseaux sociaux!

Écrire commentaire

Commentaires : 0