· 

Réalisme

Comment rendre sa pratique plus réaliste?

Sur quelles bases peut on dire que notre pratique est elle réaliste on non ? Cela dépend déjà de nos objectifs personnels.

Si dans vos objectifs, la Self-défense, la confiance en soi en général ou en situations dangereuses ou l'efficience martiale figurent, alors vous devriez penser à rendre votre pratique plus réaliste et à travailler sur les quatre sous principes du principe de réalisme.

 

 

La ligne de la réalité :

 

Un fait que nous devons prendre en compte c'est que nous ne pourrons jamais être 100% réalistes dans nos entraînements. Simplement que si vous voulez être réalistes, il faudrait se faire attaquer réellement par un (ou plusieurs) agresseur(s), ou bien vous battre contre plusieurs adversaires armés de couteaux ou je ne sais encore quelle situation. Et cela par surprise. A un moment ou vous serez malade, fatigué ou simplement juste préoccupé par quelque-chose. Bref selon le principe de durabilité (longévité vitale et martiale), il vous faudra créer différents drills  et exercices permettant d'approcher la réalité sous différents angles, permettant ainsi d'en travailler un aspect à la fois en toute sécurité.

"La survie sourit aux gens éclairés"

Robert Crowley

Le principe de réalisme comprend 4 sous-principes :

"P.A.R.T" Probabilité ; Adaptabilité ; Responsabilité ; Stratégies

Probabilité :

 

1 : Utiliser les techniques les plus probables

 

Tout est question de probabilité, et quand il s'agit d'entraînement aux situations de combat cela peut faire la différence entre la vie et la mort (je parle ici d'un point de vue civil, mais vous pouvez également penser cela d'un point de vue militaire ou policier). Nous avons tous un temps limité et précieux pour nous entraîner, il faut donc s'entraîner intelligemment. Il faut absolument utiliser les techniques qui sont les plus probables, c'est à dire qui sont utilisables efficacement dans le maximum de situations, et réduire le nombre de techniques. Idéalement avoir la même mécanique de base (par exemple le pivot est une mécanique universelle, d’où son importance) pour différentes techniques nous permet d'inscrire celles-ci plus profondément. Donc au niveau technique nous devons réduire le champ à l'essentiel (par exemple les différents boucliers qui sont incontournables).

 

Loi de Pareto ou 80/20 :

 

Une application de la loi de Pareto, qui dit que l'on pourra utiliser (A) 20% des techniques pour se défendre dans 80% des situations. Et logiquement (B) 80% des techniques seront utiles dans 20% des situations. Il faudra donc entraîner A 80% du temps et B maximum 20% du temps. Or beaucoup d'arts martiaux spécialisés utilisent souvent des techniques utiles que dans certains cas précis.

 

Comment sélectionner une technique à entraîner en priorité?

  • Choisissez des techniques basiques, comme le pivot, en général elles sont plus probables que des techniques ou enchaînements complexes.
  • Choisissez des techniques multi-usages, par exemple un bouclier peut servir de protection passive, de réaction pour absorber un coup, mais également de coup de coude...
  • Choisissez des techniques durables et réalistes, par exemple les coups de pieds à la tête sont des techniques très efficientes...quand notre adversaire est au sol et si nous sommes debout. Par contre les coups de pieds hauts sont très peu probables.

"Qui peut le plus peut le moins" Aristote

2 : Se confronter aux situations les plus improbables :

 

Peu probable ne veut pas dire pas probable. Se soumettre aux pires situations (durant différents drills, jeux, applications) nous permet de nous préparer également mieux aux situations plus faciles, de plus par désensibilisation, nous serons plus sereins en situation d'urgence. Par exemple d'apprendre à se défendre en n'utilisant pas nos mains nous permettra de mieux se défendre quand nos mains seront libres à nouveau. Se préparer aux stratégies et techniques pour faire face à une prise d'otage ne nous rendra que meilleurs dans beaucoup de situations. Évidemment il faudra alors mettre en application les techniques les plus probables..

"Adapte-toi au monde, car ta tête est trop petite pour que le monde s'y adapte"           Georg Christoph Lichtenberg

Adaptabilité :

 

Pour que l'on puisse se défendre avec les outils les plus probables dans les situations les plus improbables, il faudra que l'on devienne vraiment adaptatifs. Mes outils préférés pour devenir adaptatif sont le drill et le jeu. L'adaptabilité va développer notre créativité dans le moment, c'est grâce à elle que l'on va pouvoir adapter ses mouvements et stratégies finement à la situation, à notre environnement et à nous-même.

 

Adaptation à la situation :

En créant des situations d'entraînement variées (par exemple se défendre depuis le sol, se défendre contre de multiples assaillants, se défendre avec une arme...) nous deviendront plus adaptatifs à la situation.

 

Adaptation à l'environnement :

En s'entraînant dans divers environnements (par exemple dehors dans l'herbe, en milieu urbain, etc...) plutôt que tout le temps en salle sur tatami. C'est pour cela que je ne m'entraîne pas sur des tatamis, ou très rarement.

 

Adaptation à soi-même :

Vous êtes le meilleur spécialiste sur vous-même au monde. Grâce à cela vous pouvez (devez) adapter vos techniques à votre taille, corpulence, à vos préférences, vos faiblesses (anciennes blessures par exemple) et forces.

Un facteur très important est l'inhibition, c'est à dire ce que vous ne serez pas capables de faire à un autre être humain, même en situation de vie ou de mort (par exemple de crever un œil avec le pouce... beaucoup de gens en sont incapables et dégoutés à l'avance). Inhibé? Alors il vous faut trouver une technique de remplacement. Ou alors travaillez à désinhiber cette technique, seule de nombreuses répétitions peuvent rendre cela possible.

 

Idées de jeux pour devenir plus adaptatif :

  • Zen archer : les deux partenaires bougent au ralenti, sans jamais se toucher. C'est un jeu peu réaliste, mais qui permet d'explorer beaucoup de mouvements différents et oblige une adaptation permanente.
  • Céder : les partenaires se poussent, tirent et sans anticiper, ils doivent absorber les différentes poussées et tirées. On peut également faire ce jeu avec de multiples partenaires.
  • Lutte en équilibre : en équilibre sur un objet (par exemple un bord de trottoir), les deux partenaires se tiennent par la main et essaient de se déséquilibrer mutuellement.

"A grand pouvoir, grandes responsabilités" Spiderman, Ben Parker

Responsabilité :

 

Le concept de responsabilité est à la fois très simple à comprendre, et très difficile à mettre en application. Il faut réaliser que dès le moment ou l'on va se défendre dans la vraie vie il y aura des conséquences. Ces conséquences peuvent être de différents types.

 

Légale :

La loi est à la fois notre ami et notre ennemi. Il s'agit de se défendre (si vous vous vengez un mois après l'agression, il s'agit de vengeance et non de défense) de manière proportionnelle (relative à la menace, si vous brisez un bras à quelqu'un parce qu'il vous a regardé de travers, ce n'est pas proportionnel).

 

Morale / Psychologique :

Il s'agit de conséquences intimes et personnelles. Même le militaire le plus endurci risque de subir les conséquences de stress post-traumatique. Connaître ses propres limites et faire un travail sur soi (de préparation) permet d'en éviter une bonne partie.

 

Physique / corporelle :

Dès que vous combattez, il existe de sérieux risques de conséquences corporelles, par exemple différentes blessures plus ou moins graves. Il arrive déjà que l'on se fasse un peu mal juste en s'entraînant avec des partenaires plutôt consentants, alors imaginez avec un agresseur pleinement résistant...

 

Sociale :

Peut-être que vous ne connaissez pas ou peu votre agresseur, mais si vous l'humiliez il risque de vouloir mieux vous connaître vous et votre famille. Si vous vous défendez fortement, vous avez également des risques de représailles. C'est peut-être la famille de l'agresseur (c'est génétique?) ou bien des complices, à moins que ce ne soit lui-même (si il est libre ou après sa libération).

 

Comment diminuer les risques de conséquences ?

  • Savoir utiliser des ripostes douces (clés, étranglements sanguins ou contrôles). Ces ripostes douces sont un cadeau que vous faites à votre agresseur. Si il n'accepte pas ce cadeau en résistant fortement, ripostez de manière dure.
  • Portez plainte en cas d'agression. Sinon votre agresseur risque de vous attaquer.
  • N'injuriez pas votre agresseur, mais soyez très fermes verbalement (ne dites pas s'il vous plaît...).
  • Utilisez des phrases telles : "laissez-moi maintenant" "Je ne veux pas me battre" "Stop!", afin de montrer clairement aux témoins autour de vous que vous êtes la victime.
  • Gardez les mains ouvertes, les poings fermés portent à l'escalade de la violence, de plus les mains ouvertes sont un signe d'apaisement. Les témoins auront aussi tendance à vous désigner comme agresseur si vous fermez les poings.

 

"Quand vous êtes capable, feignez l'incapacité.

Quand vous agissez, feignez l'inactivité.

Quand vous êtes proche, feignez l'éloignement.

Quand vous êtes loin, feignez la proximité."

Sun Tzu

Tactique / Stratégie :

 

La stratégie est peut-être un des axes de travail les plus oubliés des arts martiaux. On entraîne la technique, les principes et la condition physique. Mais avoir quelques idées de stratégies éprouvées permet de s'adapter dans bien plus de situations. Il faut se dire que même le fait de ne pas avoir de stratégie est une stratégie, mais la pire de toutes...

 

Priorité aux priorités :

La stratégie prime sur les principes qui priment sur les techniques... Dans les faits, il vaut mieux avoir une excellente stratégie et utiliser des techniques moyennes que l'inverse.

 

Stratégie essentielle : En cas de self-défense, Fuir - Impressionner - Combattre. Toujours dans cet ordre.

 

Quelques stratégies applicables en situation de self-défense :

  • La meilleure défense c'est l'attaque : si vous détectez à temps la menace, et que vous ne pouvez pas fuir, prenez l'initiative (attention au principe de responsabilité...).
  • Brisez le maillon faible...ou décapitez la troupe : contre plusieurs agresseur, repérez le chef et le maillon faible. Ce sont des cibles de choix pour démoraliser le groupe.
  • Jouez la folie, intimidez et impressionnez, utilisez toute votre imagination... Si vous êtes forts, faites profil bas et surprenez votre agresseur au bon moment.
  • A la moindre faille, écrasez votre ennemi. N'arrêtez pas avant qu'il soit inconscient ou qu'il parte. Surveillez vos arrières et gardez une vue d'ensemble de la situation (scanning).
  • Ayez un plan et entraînez-le (surtout en famille). Par exemple, madame part avec les enfants en sécurité et appelle la police pendant que monsieur s'occupe de la menace. (ça peut évidemment être l'inverse ;-) ). Trouvez en un et entraînez-le. Faites en un jeu avec les enfants.

"Même le fait de ne pas avoir de stratégie est une stratégie, mais une bien mauvaise..."

Merci de m'avoir lu jusqu'ici, merci de me laissez un petit commentaire si cet article vous a fait réfléchir. Et si cet article vous a plu merci de le partagez sur les différents réseaux sociaux!

Quelques livres utiles sur le sujet :

Vous pouvez également retrouvez ma sélection d'ouvrages sur la page lectures conseillées.

Écrire commentaire

Commentaires: 0