· 

La guerre contre soi-même

Série Stratégique 1

Je vais écrire toute une série d’articles concernant la stratégie et les arts martiaux, en suivant comme fil conducteur le livre de Robert Greene « Stratégie, les 33 lois de la guerre » Je pense que de suivre la réflexion de cet auteur tout en donnant différents points de vues est intéressant et constitue un fil rouge pour ma pensée sur la stratégie individuelle dans les arts martiaux et la self-défense.

Partie 1 La guerre contre soi-même

Nous sommes nous-mêmes nos pires ennemis, par notre résistance à la progression et au changement. Que ce soit par paresse, inattention ou simplement inconscience, nous allons résister de manière passive ou active à notre évolution personnelle. En fait, la stratégie commence en devenant soi-même stratège. Tout commence et finit avec notre attitude. Par la présence, la proactivité et une ouverture de notre esprit nous allons pouvoir aller véritablement de l’avant et progresser sur notre chemin personnel, notre Voie.

Nous devons devenir notre meilleur ami, et ce processus passe inévitablement par la prise de conscience de nos résistances, et que nous sommes de ce point de vue notre pire ennemi.

Notre chemin d’évolution personnelle :
Nous devons nous connaître nous-mêmes…

1 - Nous sommes notre pire ennemi, mais nous en sommes inconscients. Ce « frein à main » caché va nous freiner de manière subtile et vicieuse.


2 - Nous sommes notre pire ennemi, mais par moments nous en sommes conscients, et nous nous mettons en colère, sommes tristes ou avons une mauvaise image de nous-mêmes. Nous sommes un peu découpés en deux parties, une positive et une négative.


3 - Nous réalisons que nous sommes UN, et avec bienveillance et fermeté, nous réalisons nos « tendances » sans nous identifier à elles. Nous prenons conscience que notre être dans son ensemble est bien plus large que nos parties « positives » ou « négatives ». Et tel un ami bienveillant conseillant un proche en difficulté, nous sauront à la fois être fermes et doux avec nous-mêmes.

« Le mental est le point de départ de toute guerre et de toute stratégie. Un esprit facilement débordé par ses émotions, ancré dans le passé et non dans le présent, ne sachant pas être lucide dans l’urgence, sera forcément incapable de mettre en place des stratégies efficaces . » Robert Greene

En SystemArt, la présence est un des quatre principes de Structure. Quand on est présent, notre structure (psychique, émotionnelle et physique) ne peux pas être solide et fiable. Et le fait de prendre l’attention de notre ennemi est une manière sûre de le déstabiliser globalement.


Déclarez la guerre à vos ennemis :

La Stratégie de la polarité

« La vie est un combat sans fin, et vous ne pouvez vous battre efficacement sans identifier vos ennemis »

Il faut distinguer entre nos ennemis intérieurs et nos ennemis extérieurs

Dans la vie nous devons prendre conscience de nos ennemis. Car c’est du danger dont nous sommes inconscients que nous risquons le plus. Pour les chinois, c’est l’image du cambrioleur qui rentre chez nous durant notre sommeil. Or beaucoup de gens sont des vivants-morts, les yeux ouverts mais dans un sommeil diurne. Cette inattention va premièrement nous empêcher de voir nos propres réactions émotionnelles, nos propres tendances intérieures négatives qui sont un frein a notre progression sur la Voie du Combat Naturel ou sur n’importe quelle Voie d’ailleurs.

D’un point de vue réaliste, en self-défense, il nous faut avant tout ne pas être une bonne victime. Ne pas être une bonne victime consiste avant toute choses à rester attentifs à notre environnement et des gens qui nous entourent ainsi que de leur comportement.

 

Cet état de vigilance va désamorcer bien des situations qui auraient pu devenir dangereuses.

Symptomatologie de l’agression

Contrairement à ce que l’on peut penser, il n’est pas naturel à l’être humain de voler, de mentir, de violer, d’agresser ou de tuer (sauf à une très faible minorité de vrais psychopathes / sociopathes de type « tueurs en série ». Sinon l’humain prédateur va produire des signes caractéristiques avant d’agresser un autre qui proviennent de sa résistance intérieure (inhibition).

Ces signes sont :

  • Regard baissé et fuyant
  • Tête et regard balayant de gauche à droite
  • Les mains grattent ou touchent les bras ou la nuque par exemple
  • Divers signes d’agitation ou de nervosité

Un autre signe important est le fait de cacher la ou les mains, ce qui est souvent le signe qu’une arme est dissimulée.

Main cachée = Main armée

De plus, considérez toujours les gens qui vous entourent comme armés, cela changera énormément votre conscience des distances et du danger que représentent les autres êtres humains.

« Est-ce que je rentre en guerre ? »

Dès lors que l’on se retrouve en situation de conflit, il va nous falloir décider si nous rentrons en guerre ou non. Dépasser le simple conflit communicationnel va impliquer de mettre notre peau en jeu, et va donc engendrer des conséquences physiques, émotionnelles, sociales, financières et légales.

Soyons clairs, si vous pouvez fuir, vous avez tout intérêt à le faire. Si vous ne pouvez pas fuir (par exemple parce que c’est votre travail (police, sécurité, videur…) ou simplement parce-que la situation l’empêche (environnement)). L’honneur ne devrait pas vous empêcher de fuir. Comme le dit l’adage : courage fuyons.

Donc si vous ne fuyez pas, soyez conscients que vous êtes déjà en guerre psychologique (verbale) et surtout restez prêts à combattre à chaque instant. Il faut tout de même souligner que la majorité des conflits peuvent être arrangés à ce niveau par une désescalade et la négociation. Les bagarreurs ne survivent pas longtemps. Profitez également de cette phase pour vous préparez au combat :

  • Respirez profondément (inspirez par le nez, expirez par la bouche)
  • Améliorez votre positionnement (proxémique)
  • Détournez l’attention de vos agresseurs (déstructuration psychologique)
  • Restez constamment en mouvement afin d’éviter de vous figer complètement, faisant de vous une cible trop facile
  • Impressionner en utilisant la voix,  votre attitude ou des menaces (simplement faire une photo de votre opposant peut être une menace non verbale très efficace)

Merci de m’avoir lu jusqu’ici, si cet article vous a inspiré, merci de me laisser un commentaire sympa juste ci-dessous, et si cet article vous a plu merci de le partager avec le plus grand nombre via les réseaux sociaux! Et restez informés en vous abonnant à notre newsletter.

Vous trouverez ici le deuxième article de notre série stratégie et arts martiaux :

N'ayez jamais une guerre de retard, la stratégie de la guérilla psychologique.

Vous trouverez ici le troisième article de notre série stratégie et arts martiaux :

Au Cœur de la tempête, gardez la tête froide, la stratégie de l'équilibre

Écrire commentaire

Commentaires: 0