· 

Durabilité et longévité, première partie.

Comment rester efficace à long terme ?

Mon approche de la durabilité : Ne pas se blesser et prévenir les blessures, mieux bouger pour mieux combattre (l’inverse est aussi vrai), jouer et s’amuser pour garder la motivation, se concentrer sur le processus car le chemin est le but, avoir un mode de vie sain pour viser la longévité martiale et dans la vie en général.

L'apprentissage martial prend du temps et demande bien des efforts (c’est l’évidence même). Ce n'est pas en quelques jours que nous pouvons réellement progresser. Bien sûr au début de notre parcours, nous partons de rien, donc nous faisons forcément des progrès à pas de géant, mais par la suite cela nous semble ralentir. Personnellement c'est vers 30 ans (donc après plus de 14 ans de pratique) que j'ai commencé à sentir que j'avais réellement avancé martialement.

En fait, je pense que l’on ne progresse pas de manière linéaire, mais que nous passons tous par des plateaux, que certains progrès sont définitifs, mais que d’une manière générale nous devons entraîner régulièrement toutes nos techniques, principes et aptitudes afin au minima de les maintenir au même niveau, voir de les améliorer vraiment (là le travail nécessaire est bien plus conséquent, mais personnellement c’est mon choix). C’est la règle des 10’000 heures de pratique.

"La pratique fait le maître" Proverbe Chinois

Mais pour commencer à bouger avec efficience, avoir une vision globale et instinctivement trouver la meilleure technique nous demandera beaucoup de travail. Cela demande une endurance et une motivation toujours renouvelées mais surtout cela demande de rester en bonne santé, car la pratique d'un art martial peut autant être une source de santé et de forme physique que la cause d'une usure prématurée de l'organisme. Alors comment faire pour continuer à s'améliorer sur tous les plans au fil du temps ? C'est pour ma part une question qui m'a toujours tenue à cœur. C'est d'ailleurs ce questionnement qui m'a mis sur le chemin du Mouvement Naturel (ce que j’aborderai un peu plus loin dans cet article).

La Voie du combat naturel n'est pas un sprint, mais un ultra-marathon...

"On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d'années ; on devient vieux parce qu'on a déserté son idéal. Les années rident la peau : renoncer à son idéal ride l'âme." Douglas Mc Arthur


Choix technique et durabilité

La durabilité (comme l’efficience, le réalisme, la responsabilité…) doivent influencer nos choix techniques. Et je peux ainsi aider et proposer différentes variantes techniques à mes élèves. Ces choix techniques peuvent être aussi simples que la règle mou sur dur et dur sur mou : on frappe du poings sur les parties molles du corps (ventre, cuisses, dos…) et de la main ouverte sur les parties dures (tête, colonne vertébrale, articulations…).

 

Il existe aussi des petits changements techniques qui permettent de grosses améliorations, comme par exemple le fouet de doigts (on frappe avec la pulpe des doigts, comme lorsqu’on tape un texte à l’ordinateur) plutôt que de piquer avec les doigts (Bruce Lee n’a pas eu le temps d’avoir de l’arthrose…qui n’a pas blessé un doigts au basket comme ça ?). En faisant ainsi des choix éclairés par la durabilité plutôt que par la tradition (ou les règles de compétition) nous allons améliorer le contenu technique de notre art martial. C’est ce que je fais maintenant depuis plusieurs années avec mon SystemArt, et j’ai ainsi adapté certaines techniques du WingTsun pour la réalité.

Comment rester efficace (et progresser) à long terme ?

  • Il est fortement conseillé de choisir et pratiquer des techniques ne demandant pas des capacités physiques spéciales ou exceptionnelles. On remarque tous que au fur et à mesure que l'on prend de l'âge nous ne pouvons plus forcément utiliser des techniques demandant beaucoup de force, de souplesse ou de vitesse. Bien que je pense qu'un entraînement régulier et bien pensé puisse prolonger voire augmenter ces qualités, une technique efficiente et réfléchie permet d’atténuer ce problème. Par exemple privilégier les coups de pieds bas (visant la jambe ou les parties) plutôt que les coups de pieds visant la tête.
  • Se concentrer sur le processus pour toujours avancer. Car il ne faut pas seulement voir nos objectifs à moyen et long terme. Il faut mettre notre attention et notre énergie dans l’entraînement de ce jour, ce concentrer sur le processus ce qui nous libère d’une grande partie de nos résistances intérieures.


La deuxième partie de cet article paraîtra bientôt.

Merci de m’avoir lu jusqu’ici, si cet article vous a inspiré, merci de me laisser un commentaire sympa juste ci-dessous, et si cet article vous a plu merci de le partager avec le plus grand nombre via les réseaux sociaux!

Écrire commentaire

Commentaires: 0